5 sirops rares et sauvages à découvrir

Sirop de bouleau

Encore méconnu au Québec, le sirop de bouleau est pourtant un incontournable de la table! Si certains font encore l’erreur de le considérer comme un substitut du sirop d’érable, de plus en plus reconnaissent le sirop de bouleau comme un savoureux allié en cuisine dont les parfums très complexes rehaussent tant les plats sucrés que salés.

Le sirop de bouleau est fabriqué de la même manière que le sirop d’érable. On entaille d’abord l’arbre, puis on recueille sa sève qu’on fait bouillir pour la réduire en sirop. Cela dit, le précieux liquide est beaucoup plus difficile à obtenir que le sirop d’érable. En effet, pour produire 1 litre de sirop d’érable, 40 litres de sève sont nécessaires, alors que pour produire 1 litre de sirop de bouleau, il faut jusqu’à 160 litres de sève, soit 4 fois plus!

Le bouleau blanc a notre préférence pour faire du sirop, mais on peut aussi entailler le bouleau jaune qui donne un sirop plus floral et plus acide.

Apparence et saveurs

Le sirop de bouleau qu’on appelle aussi l’or noir est très foncé et présente des arômes complexes qui rappellent d’abord la mélasse puis le vinaigre balsamique. Si ce sont les notes de caramel qui dominent, les palais les plus aiguisés reconnaitront aussi le café et l’anis. Les multiples parfums qu’on retrouve dans le sirop de bouleau sont riches et se développent dans une suite de saveurs agréablement métissées. Un soupçon suffit pour donner à une recette une profondeur inégalée.

Vertus et bienfaits

La sève de bouleau a été consommée pendant des siècles dans la majorité des pays européens où sa cueillette au printemps donnait lieu à des célébrations pour marquer un renouveau.

On sait aujourd’hui que la sève de bouleau contient des éléments très intéressants : de la vitamine C, des flavonoïdes antioxydants comme la quercétine, des tanins, et de l’acide chlorogénique. Elle est riche en calcium, magnésium, silicium et potassium. Elle contient des oligo-éléments comme le cuivre, le fer, le manganèse et le zinc, et dix-sept acides aminés dont l’acide glutamique qui vivifie et dynamise.

Accords et utilisation suggérée

Si le sirop de bouleau n’a en commun avec le sirop d’érable que le fait d’être produit à partir d’une sève, il a tout de même sa place pour sucrer les plats. On l’utilise en remplacement de la mélasse dans des biscuits à l’ancienne, en petite quantité dans une recette de tarte aux pacanes et sur des fruits frais ou un gâteau léger qu’on veut sucrer et acidifier.

Le sirop de bouleau est savoureux en dessert, mais c’est en cuisine salée qu’il fera briller vos préparations. On le badigeonne sur le saumon à la sortie du four, on l’utilise pour mariner la viande, pour caraméliser des légumes racine, pour faire une vinaigrette ou en garniture sur une salade de tomates fraîches et de fromage feta. Avec une huile d’olive de qualité et du pain frais, il lance l’apéro, et avec les fromages à pâte dure, il clos un repas avec élégance.